Matinées de yoga sur l'équilibre

décembre 20, 2017 Samtosha Yoga 0 Commentaires


Le déséquilibre c’est la vie, l’équilibre c’est la grâce.


La vie est mouvement avec ses perturbations, ses confrontations, mais aussi ses petits plaisirs et ses joies intenses. Notre tendance naturelle est de rejeter les premières et d’essayer de garder le plus longtemps possible les secondes.

Mais il est possible aussi que dans notre confort matériel et affectif, notre vie ronronnante finisse par nous ennuyer et nous recherchons alors dans la consommation d'objets, de nourritures diverses, de médias,... de quoi la pimenter un tant soit peu.

Est-ce que trop d’équilibre nuirait à l’équilibre ?

Que pouvons-nous trouver entre la rigidité et le « à quoi bon », entre la folie et l’ennui?

Si nous ne pouvons maitriser tous les aléas de la vie, nous avons pourtant le choix d’avoir un regard différent sur les évènements.

Quoi de mieux que de parler de l’équilibre pour revoir nos fondamentaux en yoga ?

Pendant cette Matinée de Yoga, nous approcherons la dimension de l’équilibre à travers nos différents corps : le corps physique (hygiène de vie/postures), le corps émotionnel (écoute du corps, contrôle du souffle), le corps mental (écoute des pensées, discernement), le corps spirituel (écoute de l'intuition, méditation).


Comme d’habitude, la Matinée sera un moment riche en échanges, joyeux et convivial autour du thé et du cocktail de l’amitié.






A Oye-Plage: Salle Gaston Cornet, Rue de Picardie

A Marck: Stade Claude Agneray, Rue du Stade, dans le bungalow du milieu.

Le règlement se fera sur place

Un tableau avec vos coordonnées vous sera envoyé pour que vous puissiez vous organiser pour un éventuel covoiturage selon vos lieux de départ.




 


 


 


 


0 commentaires:

La Gayatri Mantra

décembre 20, 2017 Samtosha Yoga 0 Commentaires

Un très bel article de Clémentine: "Comment occuper son dimanche soir comme un yogi". C'est ici
 
 
De tous les mantras, le suprême et le plus puissant est le grand et glorieux Gayatri Mantra.
En raison de son appel et de sa teneur universelle, ce mantra ne peut être associé, à juste titre, à aucune religion particulière. Les Hindous en furent les gardiens ; ce sont eux qui l'ont enseigné et propagé à travers le monde. On pourrait dire que la Gayatri Mantra représente leur offrande à l'esprit de l'humanité et à l'Éveil de tous les êtres. Néanmoins, la portée de l'invocation du Gayatri est universelle, elle va bien au-delà de toutes les frontières et appartient au domaine laïc. 

Langue: le sanskrit.

OM BHUR BHUVAH SVAHA
Au cœur de l’expérience de la vie, C’est « Cela »,
TAT SAVITUR VARENYAM
La nature essentielle irradiant l’existence, Qui est l’adorable UN.
BHARGO DEVASYA DHIMAHI
Puissent tous les êtres percevoir, par un esprit subtil et méditatif,
DHIYO YONAH PRACHODAYAT
la splendeur de la conscience illuminée.

 
OM Le son primordial, à l'origine de la Création.
BHUR La terre, ce qui est grossier.
BHUVAH L'atmosphère, l'éther, le monde subtil.
SVAHA Le ciel, le monde au-delà de Bhuvah, le monde causal.
TAT Représente « Cela ». On qualifie l'Ultime Réalité de « Cela » car aucune parole ni langage ne peut la décrire
SAVITUR Représente le divin Savriti, le pouvoir vivifiant contenu au sein du soleil.
VARENYAM Adorer.
BHARGO Rayonnement, lustre, illumination.
DEVASYA La splendeur divine ou la Grâce.
DHIMAHI La vénération ou méditation sur plus grand que soi (la conscience universelle).
DHIYO YONAH PRACHODAYAT Il s'agit d'un vœu, d'une intention.

Les bienfaits du Gayatri
Si tu veux acquérir la sagesse commence d'abord par chanter le Gãyatri mantra.
Le Gãyatri mantra te permettra de sortir de la paresse et tu seras plein de bonne humeur et de joie. Tu te sentiras rempli de fraîcheur et d'enthousiasme, tout le temps.

Il aiguisera ton intelligence, et en peu de jours tu seras un homme différent. Par son pouvoir étonnant. Gãyatri mantra est réputé détruire tous les karmas antérieurs négatifs et apporter un soulagement immédiat. Il est estimé être la mère des Védas.

Chanter le Gãyatri mantra apporte immédiatement les fruits de la connaissance. Il apporte la purification du corps humain. En répétant le Gãyatri mantra un minimum de 108 fois par jour, ( ex : 36 fois le matin, 36 fois à midi et 36 fois le soir ), les faibles, verront leurs forces et leur santé s'améliorer.

Ce mantra peut être répété mentalement dans toute sorte d'endroits. Que ce soit en marchant, en conduisant en voyageant, allongé ou assis, il est possible de le répéter dans tous les états. Il est aussi bon de le réciter dans un lieu public.

Ce mantra à lui tout seul peut créer une vibration au sein d'une société, si une poignée de personne décide de le chanter. Ce mantra en général rétablit la paix dans une société. Il permet aussi d'éviter certains cataclysmes naturels, s'il est pratiqué correctement.

La psalmodie du Gayatri Mantra est destinée à nous aider à réaliser cette vérité. En tant que pratique spirituelle, elle est habituellement accomplie 108 fois. Si ce n'est pas possible, des multiples de 9 sont alors recommandés.

Durant l'énonciation des syllabes, des vibrations, ainsi que des longueurs d'onde d'une fréquence différente, sont produites. On observe certains bienfaits, grâce à cette psalmodie, comme un apaisement du système nerveux et un chargement d’électrons dans le champ énergétique du corps.

A la longue, il se créé chez la personne qui pratique le Gayatri Mantra une subtile transformation de la conscience, par un processus d'éveil puissant. Une purification des pensées et des émotions, une paix intérieure, l'expérience du divin en soi même et en autrui, tout cela peut être réalisé, par une pratique sincère et constante du Gayatri Mantra .

 Source: http://soleildelumiere.canalblog.com/archives/2013/07/22/27693142.html


André VAN LYSEBETH, dans son ouvrage J'apprends le Yoga, parle du mantra AUM en ce sens:



"Le "Au..." fait vibrer toute l'ossature de la cage thoracique, ce qui prouve que la vibration se communique à la masse d'air enfermée dans les poumons, et que la délicate membrane des alvéoles en contact avec l'air vibre elle aussi, ce qui stimule ces cellules pulmonaires et permet un meilleur échange gazeux. Les récents travaux de nos physiologistes occidentaux nous apprennent aussi que cette vibration produit des effets très marqués sur les glandes endocrines, auxquelles la science accorde une importance croissante. Le docteur Leser-Lasario, notamment, a consacré 25 ans de sa vie de savant à l'étude des effets produits par les vibrations vocales sur l'organisme humain. Ses travaux ont établi, avec une rigueur scientifique absolue, que l'émission de voyelles durant l'expiration provoquait un auto-massage vibratoire des organes. Ces vibrations atteignent les tissus les plus profonds et les cellules nerveuses ; la circulation sanguine s'intensifie dans les tissus et organes intéressés. Les glandes endocrines, qui déversent leurs hormones directement dans le sang et la lymphe, sont stimulés (hypophyse, pinéale, thyroïde, thymus, surrénales, gonades). Le sympathique et le nerf vague n'échappent pas à l'influence bénéfique des vibrations vocales. La musculature de l'appareil respiratoire se trouve à la fois relaxée et fortifiée. La respiration s'amplifie et, avec elle, l'apport d'oxygène dans tout le corps. Le vibromassage provoqué par l'émission des vocales "Au..." intéresse particulièrement les viscères de la cage thoracique et de l'abdomen. Des ondes électromagnétiques produites par cette vibration se propagent dans tout le corps et accroissent le dynamisme et la joie de vivre. La concentration s'améliore. Les expériences de Leser-Lasario ont prouvé que le corps tout entier se relaxe sous l'effet de ce vibromassage interne, qui, psychiquement, libère les inhibitions, dépressions et complexes d'infériorité en harmonisant tout le psychisme. D'ailleurs, n'est-ce pas par vibration que la musique produit en nous les émotions les plus diverses?

Le "mm" musé et vibré dans la tête, fait vibrer le cerveau et les nerfs crâniens."

Mais aussi, chez Clémentine: Ce qu’il se passe dans votre corps quand vous chantez Om


Le chant de Mantras et ses effets



Qu’ils soient chantés ou récités, 3, 21, 27, 54 ou 108 fois, mentalement ou à haute voix, seul ou en groupe, les mantras nous préservent de l’agitation permanente que notre mental subit à longueur de journée (et parfois à longueur de nuit aussi). Le première syllabe man- se réfère au manas, le mental, tandis que -tra signifie « ce qui protège ».



Mantra signifie donc « protection de la pensée », « protection du mental » et de ses facultés. Leur chant agit directement sur l’apaisement de la peur et des émotions négatives.



A propos du sanskrit


Le sanskrit est considéré comme la langue-mère de familles entières de langues. En plus de cela, elle est aussi la science des sons et des vibrations du langage, auxquels la tradition indienne a accordé beaucoup d’importance. Le sanskrit est directement en lien avec les vibrations de l’univers. C’est une langue qui permet d’explorer tous les possibles du son, à travers son expression orale, parlée ou chantée.



Effets des vibrations des mantras



Les sons des mantras produisent des vibrations dans le cerveau. Ces vibrations agissent aussi bien sur le plan physique que sur les plans psychique et subtil. Le chant des mantras crée des ponts de neurones entre les deux hémisphères cérébraux. Le chant participe donc à l’équilibration du cerveau.

Le chant quotidien des mantras entretient certaines résonances bénéfiques sur le(s) corps. La pratique régulière induit un changement graduel de la conscience. L’impact résonne dans chaque cellule. Les sons chantés imprègnent donc la matière.

Cela se ressent aussi au niveau des lieux. A titre d’exemple, les lieux dans lesquels les mantras ont été chanté pendant des années, ou des siècles, émanent des vibrations très élevées, longtemps après.

Ces sons, qui résonnent dans le corps et dans les chakras, sont entendus sur le plan subtil par les yogis avancés. Chaque son est imprégné d’une énergie particulière qui fait vibrer un organe ou un endroit spécifique du corps.



L’une des pratiques traditionnelles proposées est la récitation chantée de l’alphabet sanskrit… une pratique enrichissante qui permet d’expérimenter toute la puissance des sons… On en ressort vibrant d’énergie.


0 commentaires:

La pratique personnelle

décembre 20, 2017 Samtosha Yoga 2 Commentaires



Ne pas oublier que traditionnellement (pendant des siècles), la pratique du yoga  était une pratique personnelle et non collective. L’élève apprenait dans un premier temps avec un maître et ensuite s’éloignait dans sa «caverne» pour plonger dans son expérience. 
Ce n’est pas que les cours collectifs ne soient pas nécessaires mais plutôt qu’une pratique personnelle est indispensable pour véritablement avancer sur le chemin du Yoga et goûter aux précieux moments de paix intérieure.

2 commentaires:

Quelques livres

décembre 19, 2017 Samtosha Yoga 0 Commentaires


Voici quelques ouvrages parmi une multitude:

Les yoga Sutras de Patanjali de:
Françoise Mazet,
Bernard Bouanchaud,
Jean Bouchard d'Orval.

La Bhagavad-Gîtâ d'Aurobindo (il existe de nombreux autres commentateurs)
Les pensées revigorantes de François Garagnon (2 volumes)
De l'abandon, d'Eric Baret (son site: http://www.bhairava.ws/Baret/baret.html)







0 commentaires:

Deux enchaînements

décembre 14, 2017 Samtosha Yoga 0 Commentaires

Options: Après avoir lever les bras au ciel, on peut rajouter le chien tête en bas, lever une jambe puis l'autre avant de venir en feuille pliée.



Pris dans le livre "Mon année yoga" 

0 commentaires:

La vie comme enseignement

décembre 12, 2017 Samtosha Yoga 0 Commentaires



Tout ce qui vous ennuie 
vous enseigne la patience,
 
Quiconque vous abandonne 
vous enseigne comment vous tenir sur vos propres pieds,
 
Tout ce qui vous met en colère 
vous enseigne le pardon et la compassion,
 
Tout ce qui a du pouvoir sur vous 
vous enseigne comment reprendre votre pouvoir,
 
Tout ce que vous haïssez 
vous enseigne l'amour inconditionnel,
 
Tout ce dont vous avez peur 
vous enseigne le courage de dépasser votre peur,
 
Tout ce que vous ne pouvez pas contrôler 
vous enseigne comment lâcher prise.
 
(Cliquer sur le nom de l'auteur pour découvrir les commentaires du texte)

0 commentaires:

Le Sujet ultime : la Conscience

décembre 11, 2017 Samtosha Yoga 0 Commentaires



Rien ne peut être dit sur la conscience. Dès que nous parlons de quelque chose, ou que nous y pensons, nous créons une distance, une séparation. Or, la conscience est ce que nous sommes, notre nature véritable et la source de tout. L’esprit ne peut l’appréhender, l’expliquer, car le Sujet ultime ne peut se penser. Il est au-delà des formulations. Il est donc impossible d’y penser, de méditer dessus ou de se l’imaginer.
On ne peut qu’employer des mots évocateurs pour dire le non qualifiable : énergie, lumière, silence, vide. Nous parlerons donc d’une représentation mentale de la conscience.
Nous sommes la conscience. Parce que nous croyons que cela doit être expérimenté, nous essayons d’atteindre cette réalité. Or, la conscience ne peut être expérimentée. C’est le monde et tous ses phénomènes qui peuvent faire l’objet d’une expérience, jamais la conscience qui les contient.
Nous croyons nous connaître à travers tous ces objets de perception de la conscience que sont l’ego, la pensée, la sensation. Nous vivons en ayant toujours conscience de quelque chose. Or les objets n’ont pas de réalité sans un sujet qui les observe. Ce sujet, le Je ultime, ne peut être perçu. Nous ne pouvons jamais l’objectiver. Nous le cherchons en vain dans les pensées, les émotions, les sensations qui ne sont que ses reflets, ses expressions temporelles. La conscience ne peut être associée à rien d’apparent, elle n’est pas perceptible par les sens, ne peut être saisie par la pensée. Elle se manifeste par eux mais en reste détachée. Si nous l’oublions, elle est toujours là. Nous ne pouvons nous éloigner de nous-mêmes. Aussi, laissons-la s’abandonner à elle-même. Bien qu’elle ne puisse pas être objet de perception pour elle-même, elle sait se reconnaître…
Acceptons de ne pouvoir nous trouver dans la projection, dans la sensation corporelle, dans la compréhension ou la perception mentale. La conscience est ce que nous sommes au-delà des mouvements qui vont et viennent. C’est une attention, un accueil. A cause de l’identification au corps, le moi, qui est un objet de perception comme les autres objets, se prend pour le sujet agissant, autonome. Lorsque la réalisation soudaine met un terme à la croyance qu’il y a une individualité autonome qui cherche et agit, demeure un regard témoin, neutre, une observation. Cette réalisation que nous sommes conscience n’est pas une expérience avec quelqu’un qui la ferait. Elle survient lorsque toute expérimentation s’arrête d’elle-même, à cet instant où le sujet se reconnaît comme l’espace au sein duquel tout apparaît. La conscience est alors conscience de soi, pure, vide, et non plus conscience de quelque chose. Lorsque je fis l’expérience de la « mort », ma conscience se réalisa espace infini, conscience universelle. J’étais vivante, bien vivante. Même lorsque nous ne sommes pas conscients de quelque chose, ce que nous sommes véritablement ne cesse pas d’être. C’est parce que nous n’avons pas réalisé notre véritable nature que nous croyons mourir lorsque le corps disparaît ou que les pensées s’arrêtent. La conscience n’est pas un état. Elle est l’essence de la vie, éternelle.
C’est par la conscience que tout est perçu. Elle voit le spectacle du monde manifesté par elle-même sur un champ qui n’est autre qu’elle-même. Cela ne veut pas dire que ce spectacle soit irréel, mais il est faux de le considérer comme une réalité absolue, c'est-à-dire qui existe par elle-même. Toutes les perceptions, tous les objets ne peuvent exister sans une énergie lumière qui les éclaire : la conscience.
La totalité de la manifestation est une apparition dans la conscience. Tout ce qui est perçu, vu, apparaît en elle. Chaque pensée, chaque évènement est un mouvement dans la conscience, provoqué par elle. Tout est objet pour la conscience, le Sujet ultime non connaissable.
L’homme fait partie du manifesté au même titre que le monde. Le monde n’a pas été créé pour l’homme. Les animaux, les plantes, la terre ne sont pas différents de nous, même s’ils ne vivent pas selon le même mode. Tout participe de la même expression. La conscience est une et englobe tout. Les différences ne sont que dans le mental. Dès que la conceptualisation s’arrête, la paix est là, le silence, la perception pure, car seule affleure la conscience. Elle est pure présence. L’énergie de son jeu peut œuvrer librement dès que tout notre être exprime avec évidence cette pure présence.
La conscience est omniprésente, en chaque créature, en la nature et en la terre. Lorsque nous comprenons que tout est elle, le fardeau des questionnements et des souffrances est aussitôt abandonné. Tous les mouvements de la vie sont perçus pour ce qu’ils sont, des manifestations dans un temps et un lieu donnés. Nous voyons que tout ce qui naît et meurt est le reflet de notre nature véritable, immuable. Nous sommes tout. La question des différenciations entre bien et mal, limité et infini, servitude et libération ne se pose plus. Il devient clair que l’univers n’est qu’une seule et même substance et que nous en sommes inséparables. Lorsque nous rencontrons quelqu’un, lorsque nous voyons quelque chose, nous nous rencontrons et nous nous voyons nous-mêmes. C’est une même réalité, un même espace vide. La conscience est cet espace vide. A cause de l’existence des formes variées, l’espace intérieur parait différent. Or, lorsque la forme disparaît, l’espace intérieur devient un avec l’espace universel. Il l’a toujours été…
Dans notre dimension terrestre, nous laissons notre conscience fonctionner comme une entité conditionnée par ce qu’elle manifeste. A chaque expérience, cet espace de perception s’identifie au corps et génère le sentiment d’un moi. Inlassablement, notre mental porte des jugements sur la multitude des phénomènes qui apparaissent, neutres à leur source. Notre existence devient une suite de désirs et de peurs, un combat à mener. Or tout ce qui apparaît est la vie même, pure en son essence, qui s’offre à nous par et dans la conscience. Tout émerge de cet espace et s’y déroule. Il s’agit de comprendre que rien ne dépend d’un extérieur créé par le mental. Chaque phénomène est en nous, en tant qu’expression visible de la réalité une. La destinée, qui est un enchaînement de circonstances liées au temps, émane de cet espace vide. Ainsi chaque évènement est précieux et doit être considéré comme une bénédiction. Nous devons tout accueillir dans le silence de notre conscience atemporelle. Tout émerge de là et y retourne, dans un mouvement parfait tel qu’il est.
Notre individualité est un reflet dans l’énergie lumière. Je ne suis pas le reflet. Je suis la conscience. Ce n’est pas la conscience qui se dit sujet, car en elle il n’y a aucune séparation. Elle est tout, la substance de toutes les manifestations. Il n’y a aucune distinction fondamentale entre l’absolu et le monde manifesté. L’ultime réalité et ses objets d’expression sont un. Tout ce qui existe est la conscience, en laquelle tout surgit.
Quand toute la manifestation est perçue comme une apparition au sein de la conscience, l’esprit ne recherche plus rien à l’extérieur. A l’extérieur de quoi ? Il est englobé lui-même, ainsi que les objets qu’il poursuit. « Je » est présent en tout et tout est en Lui.
Rien n’est séparé de la conscience. Pour cette raison, nous ne pouvons l’objectiver. Tout ce qui peut être expérimenté, ou même seulement observé, n’est pas la conscience elle-même. Même lorsque le silence est perçu, ce n’est pas ce que nous sommes. C’est un reflet, une émanation. Ce que nous sommes véritablement est la perception elle-même, l’observation elle-même, dans l’absence d’observateur et d’observé.
La conscience est observation et rien ne se passe pour elle. Elle n’est jamais altérée, quoi qu’il arrive, quel que soit l’évènement que nous expérimentons ou la souffrance que nous ressentons. Nous sommes cette observation immuable et non le spectacle qui se déroule
continuellement et auquel nous nous identifions à tort. Le monde peut disparaître à l’instant. La conscience est. Elle n’est pas liée au monde, ne se soucie pas de la fin des phénomènes ou des formes de vie. Elle n’est jamais affectée par les changements, les disparitions, par tout ce qu’elle reflète. Elle conserve toujours sa nature indifférenciée, même à travers ses expressions limitées. Elle est le contenant de la totalité du manifesté ainsi que du non manifesté. Lorsqu’elle est sans objet, elle est conscience infinie, impersonnelle, sans forme, sans cause. On peut aussi l’appeler vide, plénitude, silence. C’est ce que nous sommes de toute éternité.
Nous sommes, à cet instant même, ce réceptacle sans limite, lumineux, intemporel, cette vacuité silencieuse au sein de laquelle tout se produit. Nous sommes en essence en toute chose, les uns dans les autres au sein d’une même substance cosmique. Il n’y a rien à atteindre dont nous soyons séparés.
Lorsque l’espace est désencombré de l’esprit diviseur, lorsqu’il est paisible, grand ouvert, la conscience affleure et nous fait percevoir la réalité ultime dans la multitude des phénomènes qui se manifestent. Cette part éternelle se révèle dès que tout notre être s’abandonne à ce qui lui est proposé. Elle n’est pas liée à notre personnalité, ne dépend ni de nos pensées, ni de nos actes. Elle n’est concernée ni par nos souffrances, ni par nos attentes de bonheur. Elle est le flux ininterrompu présent dans toutes les formes, ce témoin qui observe en silence tout ce qui apparaît et disparaît dans son champ. Nous n’avons rien d’autre à faire que de découvrir en nous cette source silencieuse qui rayonne aux dimensions infinies de l’univers et de nous y absorber.

« Ô toi qui cherche le chemin, reviens sur tes pas car c’est en toi que se trouve le secret. » (Ibn Arabî)

Nicole Montineri
http://conscience-espace.over-blog.com/


0 commentaires:

Matinée de Yoga sur le thème de l'équilibre

décembre 01, 2017 Samtosha Yoga 0 Commentaires



Le déséquilibre c’est la vie, l’équilibre c’est la grâce.


La vie est mouvement avec ses perturbations, ses confrontations, mais aussi ses petits plaisirs et ses joies intenses. Notre tendance naturelle est de rejeter les premières et d’essayer de garder le plus longtemps possible les secondes.

Mais il est possible aussi que dans notre confort matériel et affectif, notre vie ronronnante finisse par nous ennuyer et nous recherchons alors dans la consommation d'objets, de nourritures diverses, de médias,... de quoi la pimenter un tant soit peu.

Est-ce que trop d’équilibre nuirait à l’équilibre ?

Que pouvons-nous trouver entre la rigidité et le « à quoi bon », entre la folie et l’ennui?

Si nous ne pouvons maitriser tous les aléas de la vie, nous avons pourtant le choix d’avoir un regard différent sur les évènements.

Quoi de mieux que de parler de l’équilibre pour revoir nos fondamentaux en yoga ?

Pendant cette Matinée de Yoga, nous approcherons la dimension de l’équilibre à travers nos différents corps : le corps physique (hygiène de vie/postures), le corps émotionnel (écoute du corps, contrôle du souffle), le corps mental (écoute des pensées, discernement), le corps spirituel (écoute de l'intuition, méditation).


Comme d’habitude, la Matinée sera un moment riche en échanges, joyeux et convivial autour du thé et du cocktail de l’amitié.









0 commentaires: