Affichage des articles dont le libellé est Lectures. Afficher tous les articles

La lignée Nil Hahoutoff

La lignée Nil Hahoutoff  est celle que j'ai suivi tout au long de mes 4 années de formation à L’École Française de Yoga à Lille)

Nil--Hahoutoff.jpg

Youri Nil Hahoutoff (1900-1982) est un sportif russe originaire de Géorgie, connu pour avoir mis au point une lignée ou méthode de Yoga appelé méthode Nil Hahoutoff. En 1917, suite à la révolution russe, il fut contraint de fuir la Russie pour la France. Après avoir pratiqué la danse mais aussi l'art du cirque, il a rencontré Hyran Moy Chandra Gosh, un Hindou qui lui aurait appris le Yoga dès 1925. Il a mis au point une méthode mélangeant Yoga et techniques gymniques, réputée assez physique. Il sera en 1972, un des cofondateurs de l’Union Européenne de Yoga (UEY) Source: Wikipedia

 

Photo prise ici

La méthode Nil Hahoutoff, comme il le disait lui-même, c’est une méthode de pré-yoga. Elle est issue du travail du cirque: on assouplit le corps par un long échauffement. En effet, le corps est capable ensuite de pouvoir faire ce dont il était incapable auparavant. Le travail sur la colonne vertébrale est important. « Il faudrait combattre la bosse, en créant un creux au niveau des omoplates ». Source: Histoire du yoga en Occident

Une séance de yoga "Nil Hahoutoff" se distingue par ses sept étapes successives :

- Prise de conscience du corps en le détendant

- Expiration profonde

- Préparation respiratoire

- Préparation musculaire et articulaire

- Enchaînement

- Pratique de diverses asanas (postures)

- Pratique de pranayama (respiration)

Cette lignée est également reconnaissable par ses respirations complètes (La respiration à trois étages) accompagnées du mouvement des bras entre chaque posture. Cette lignée est parfois jugée éprouvante car nous passons souvent des positions couchées à des positions debout et inversement. Par ailleurs, la préparation musculaire ainsi que les postures, peuvent, pour certains, demander une certaine tonicité. Cependant, ces préparations et postures peuvent être remplacées par d'autres de moindre intensité et procurer les mêmes effets.

Extrait de conférence faite à Zinal en Suisse, en septembre 1976 par Nil Hahoutoff

"Les confusions : Ce que personne ne dit jamais"

Tous les esprits même les plus brillants ont cette propension à la confusion.

La cause de ces confusions se trouve dans l’imperfection de notre instrument pensant plus ou moins apte à véhiculer une idée limpide en provenance de nos expériences vécues. C’est ainsi que, nous découvrons en nous des peurs de crabes et d’agressivité d’écrevisses.

Le premier point que nous enseigne le yoga : ne jamais réagir mais toujours agir.

Dans le yoga, on enseigne de compter jusqu’à trois avant de prononcer une parole ou de commencer la moindre action.

La colère :

La colère c’est toute forme d’irritation qui ne tient pas compte de la cause véritable en nous-même et qui rend coupable de cette irritation quelqu’un d’autre. La colère pousse à accuser l’autres, à le combattre, à exercer sur lui une pression. La colère est totalement improductive.

L’avidité :

La nature véritable de l’avidité, c’est un profond sentiment de dévalorisation et une aspiration impérieuse à se valoriser. C’est lorsque l’acquisition paraît valorisante qu’il y a avidité. La tentative de se valoriser par la possession d’objets est la plus naïve qui soit et la plus décevante. Dès l’objet acquis, on a immédiatement besoin d’un suivant parce que le premier n’a pas apporté l’effet rassurant attendu.

La suffisance :

La suffisance n’est pas une appréciation exagérée de soi mais une totale absence d’appréciation. A la moindre confrontation avec la réalité, la suffisance est toujours douloureuse et la soi-disant sensibilité des susceptibles est tout le contraire de la véritable sensibilité. La véritable sensibilité s’émeut de la douleur des autres, pas des siennes propres.

L’humilité :

L’humilité n’est pas à confondre avec humiliation. Cette dernière est une émotion alors que le mot humilité est une vision, une connaissance. Dans le yoga, l’humilité c’est l’exacte appréciation de soi par rapport à l’univers.

La confusion :

La confusion, c’est-à-dire la propension à mélanger, à identifier les choses, des attitudes, des pensées qui ne doivent pas l’être, provient de la non agilité de l’esprit. La plus haute faculté de l’intelligence, c’est de séparer ceci de cela. Or sans cette faculté, aucune appréciation correcte, aucun jugement ne peut être fait.

Le jugement :

Le jugement doit être pris dans le sens d’appréciation et non pas dans celui de la condamnation. Si mon jugement n’est pas défini, ce n’est pas un jugement, c’est une expectative. Le jugement doit être rapide et sache être sans défaut, c’est-à-dire définitif. Le jugement ne s’applique pas à une personne.

Le détachement :

Le détachement c’est le désintérêt pour tous les objets de jouissance ; dans quelque état, monde ou condition que ce soit, étant donné leur nature impermanente. Il s’agit du désintérêt et non la renonciation à utiliser les objets de jouissance. Le seul détachement qui est en cause dans l’enseignement du yoga, c’est le détachement de soi-même. Son contraire, l’attachement est la recherche dans un objet ou une situation, une valorisation de soi-même. Celui qui a donné un sens à sa vie n’a plus besoin de valoriser sa personne.

Dans la ligne véritable du yoga, on peut être détaché de tout ce qui nous entoure et qui constitue la vie en général. Le détachement, ce n’est pas négliger sa famille, ses devoirs, ses engagements antérieurs. Celui-là fait preuve de son attachement à ses propres buts égoïstes. Celui qui est détaché de lui-même aime les autres. 

Source: ici

Ici, dans une très courte vidéo, Patrick Tomatis, élève de Nil Hahoutoff,  nous présente sa pédagogie.   

Autre source ici

 

Cover of: Gymnastique évolutive pour tous by Nil Hahoutoff 

http://www.centre-yoga-et-bien-etre.com/blog/pratique/yoga-physique-ou-yoga-mou.html

http://www.mlc-saintnom.com/yoga-lignee-nil-hahoutoff/

https://www.bibli.yoga/mot-cle/preparation-hahoutoff


 

Quelques livres


Voici quelques ouvrages parmi une multitude:

Les yoga Sutras de Patanjali de:
Françoise Mazet,
Bernard Bouanchaud,
Jean Bouchard d'Orval.

La Bhagavad-Gîtâ d'Aurobindo (il existe de nombreux autres commentateurs)
Les pensées revigorantes de François Garagnon (2 volumes)
De l'abandon, d'Eric Baret (son site: http://www.bhairava.ws/Baret/baret.html)







Yoga Sûtra 1-27 (Comparaisons de commentaires)


Extrait de "La science du yoga" par I.K. Taimni (1898–1978) - Écrit en 1958 (traduit de l'anglais par le Dr Paul Thorin)






Extrait de "Miroir de Soi" de Bernard Bouanchaud - 2007 (Editions Âgamât) Préface de T.K.V. Desikachar


 Extrait de "Petites lumières sur le Yoga Sutra" d'Agnès Bulté - 2017 - Préface de François Roux et Pandit Lav Kumar Sharva.



Commentaire de Jean Bouchart D'Orval  "Les Yogas Sûtras de Patanjali, La maturité de la joie" - Éditions du Relié 2012- (1ère édition en 1992 aux Éditions Libre Expression).

Tasya vacakah pranavah (तस्य वाचकः प्रणव)
On l'évoque par le son sacré AUM
Tasya: Lui  Vacakah: dire, désigner, nommer.  Pranavah: le son sacré AUM
Dans toutes les traditions spirituelles, le nom du Divin revêt une grande importance. Le nom du Divin est le Divin; quand on peut comprendre cela, c'est que l'on a compris beaucoup de choses. "Au commencement était la Parole et la Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu". Le peuple choisi est le peuple du nom (schem), celui qui a la connaissance du Nom. Ce peuple choisi, c'est l'humanité en mouvement vers sa source. L'homme est l'animal qui nomme, celui qui désigne; c'est la mission qu'il a reçue. Nommer veut dire nommer et manifester; l'homme est l'incarnation de ce mouvement, de cette actualisation du Divin. 
Le son sacré AUM représente cette montée de la puissance divine. Le A résonne au plus profond du cœur alors que U (que l'on prononce "ou") vibre au niveau de la gorge et que M résonne sur le bout des lèvres et à l'intérieur de la tête. Les trois phonèmes reflètent le Divin lui-même, qui ne peut être séparé en parties et en qui pourtant surgit un mouvement, une montée. La plupart des mantras comportent une forme de la vibration AUM. Le nom du Divin prend toute sa puissance quand nous portons attention au silence qui le suit et qui est encore Lui. 

 -------------------------

Par Françoise Mazet - Éditions Albin Michel - 1991
  
"On le désigne par le Om"
Tasya: de celui-ci
Vachaka: désignation
Pravana: racine nav-: chanter les louanges;

Le Om que l'on chante en Inde avant toute récitation de texte sacré.

-------------------------


http://www.economie-spiritualite-yoga.com/article/yoga-sutras-de-patanjali

Conférence Isabelle Morin-Larbey - Lille: «Le Yoga dans le cadre d'une société en mutation»

Résultat de recherche d'images pour "yoga conférence"


Vendredi 23 novembre 2018 - 19h
Salle Miro-Dali Centre Culturel de la Madeleine
35 Rue Saint-Joseph, 59110 La Madeleine
5 euros 

Dans une société de plus en plus en manque de repères, anxiogène, malmenée par le diktat du « tout tout de suite», le culte de l’individualité , de l’image et de l’excellence à tout crins , source de tant d’angoisse et de frustration, il est évident que le Yoga , philosophie millénaire prônant la patience, le discernement et la rigueur puisse interroger en prenant le contre pied de ce qui précède. Comment s’extraire d’un «moule» , d’un formatage qui, pour beaucoup, est synonyme de souffrance? Interroger et intéresser de plus en plus de personnes qui souhaitent trouver des points d’appui, des socles sur lesquels se tenir debout, tant physiquement que psychologiquement. Plus clairement, comment restaurer la confiance, -sœur cadette de la foi dirait Charles Peguy- pour avancer et conserver un désir de Vie.

Le Yoga, un des six grands systèmes philosophiques de l’Inde, qui signifie unir, joindre, mettre ensemble , comprend dans sa profonde intelligence l’importance du corps et du Souffle. Respectueux de la singularité de chacun, il s’adapte à la personne et non l’inverse. C’est effectivement par le biais du corps que nous sommes à même de découvrir le Monde qui nous entoure. Et le Souffle est le cadeau inestimable , prêté pour un temps, qui nous anime.En travaillant avec régularité, ardeur, sans aucun esprit de compétition, -le tapis apprenant la modestie et l’humilité- dans une ambiance intérieure faite d’aisance et fermeté, les retrouvailles avec soi-même deviennent possibles. Parce que l’on ne peut pas tricher, se mentir en pratiquant. Si l’on force dans une posture, la blessure nous guette, et à l’inverse, si nous «paressons», rien ne se fera. La pierre angulaire est la juste mesure, aller vers ses limites sans esprit de compétition, mais aller y voir, se tenir sur la frontière avec discernement.
Voilà pourquoi, en ces temps bousculés, le Yoga peut être un axe, une colonne vertébrale qui permet de tenir fermement le cap.


*** Après une maîtrise d’espagnol (Sorbonne) et des études de droit (faculté d’Assas),Isabelle Morin-Larbey découvre le Yoga en 1978 qu’elle enseigne depuis maintenant près de 40 ans dans la lignée de Krishnamacharya. Formatrice d’enseignants notamment à l’École Française de Yoga de Paris, elle transmet l'enseignement d’Yvonne Millerand. Élue présidente de la Fédération Nationale des Enseignants de Yoga en 2009, elle est passionnée par les voyages et l’Inde où elle a séjourné à de multiples reprises. Très intéressée par les confluences entre monde occidental et oriental, la tradition et la modernité, elle s’attache dans sa transmission à mettre en évidence leurs passerelles tant culturelles que spirituelles.
 

Tarif public : 5 €

Voir également cet article et celui-ci

Yemaya Assessu



Image associée


Yemaya Assessu
Assessu yemaya
Yemaya olodo
Olodo yemaya

Avec les accords:

Yemaya LA DO# MI
Assessu SI RE FA#

Assessu SI RE FA#
Yemaya LA DO# MI

Yemaya LA DO# MI
Olodo SI RE FA#
 
Olodo SI MI
Yemaya LA DO# MI

Quelques fois, nous chantons à la fin des séances (avec ou sans harmonium indien) ce très beau chant provenant d'Afrique qui parle de l’union de la rivière avec la mer. De ces mots très simples j'en ressens beaucoup de bonheur, de beauté, d’authenticité et de puissance.

J'ai trouvé différents articles en anglais que j'ai tenté de compiler. (Les sources + vidéos sont notées en bas de page)

Yemaya est la déesse de la mer, là où toute vie a commencé. C'est la couche supérieure de la mer qui est considérée comme la matrice de la vie où la vie sur terre a été créée.

Assessu signifie le jaillissement du printemps, la naissance.

Olodo est son homologue masculin dont le royaume est celui de l'océan profond. Il signifie la richesse, la connaissance infinie et les trésors inédits. On dit que sans Olodo, une grande partie du pouvoir de la déesse Yemaya ne serait pas connue.

Ce chant est donc la réunion du féminin et du masculin, de la conscience individuelle rencontrant la conscience universelle.

Yemaya est reconnue comme la déesse de la mer de laquelle viennent tous les êtres. La Déesse est originaire de Yoruba en Afrique, mais son culte s'est répandu sur les deux continents américains à l'époque de l'esclavage. Elle est très protectrice et attentionnée et est l'une des divinités les plus importantes de la Santería (une religion d'origine caribéenne).

Les Yoruba vivent au Bénin, au Nigeria et au Togo et, selon leur religion, elle est la déesse mère et la patronne des femmes et de la rivière Ogun. Toute vie a commencé dans la mer et on considère que toute vie a commencé avec la Déesse. Elle représente à la fois la variabilité et la stabilité: l’eau elle-même est stable et son intensité est variable.

La déesse a toutes les caractéristiques de la déesse mère: elle veille sur la famille, les sentiments, la fertilité et protège tout ce qui est typiquement lié au féminin, à l’eau et à la lune, aux océans, mers, rivières, lacs, coquilles et connaissances intuitives. En outre, elle rappelle aux femmes de prendre du temps pour elles-mêmes, de nourrir leurs propres besoins et de respecter leur position méritée dans la vie. En outre, les déesses sont couramment invoqués dans les rituels de fertilité pour les femmes et dans tout rituel concernant les problèmes des femmes.

Selon la légende, le premier cadeau de la déesse Yemanya à l’humanité était un coquillage pour permettre aux gens d’entendre la voix de la Déesse chaque fois qu’ils appliquaient des coquillages à leurs oreilles.

Elle est généralement représentée comme une sirène ou comme une belle femme émergeant de la mer, souvent avec des perles qui coulent de ses paumes. La Déesse, souvent appelée "Sirena" est représentée comme une belle femme noire au bord de la mer ou une sirène à double queue portant une longue robe fluide, entourée d'une large ceinture à sept jupes avec des volants bleus et blancs, qui représentent les vagues dans l'océan et les sept mers. En numérologie, l'interprétation du nombre 7 concerne la foi, la spiritualité, l'éveil spirituel, l'illumination, le mysticisme, l'intuition, l'excentrique, la religion, la réflexion, la guérison, le mythe, le rituel, la paix, les émotions, l'endurance et la persévérance.Elle aime les pastèques, ainsi que d'autres fruits tropicaux sucrés et de la mélasse. Les herbes et les plantes qu'elle préfère sont la marjolaine, le persil, la coriandre, le cresson, la laitue, l'aloe vera, les fougères, la violette, la verveine et les lotus. Ses symboles sont les coquillages, en particulier des cauris. L'expression la plus prédominante de la Déesse est celle d'une Mère Divine douce et nourricière.


Son nom complet est Yey Omo Eja, qui signifie "Mère dont les enfants sont les poissons". Ses enfants sont innombrables. Elle est connue comme la dame de la pluie, la femme en constante évolution, la mère créatrice et elle est l'une des sept puissances africaines des dieux du panthéon de Yoruban. Elle est généralement considérée comme la sœur aînée d'Ochún et est considérée comme la mère des Orishas les plus puissants. Yemaya est également la patronne de toutes les sorcières et deux de ses noms sacrés sont la reine des sorcières et Mama Watta (la mère des eaux), ce qui explique pourquoi beaucoup de ses disciples ont construit leurs autels à côté de l'océan.
Elle est associée à l'eau salée, la pluie, la guérison, les canards, les paons, la fertilité, la pleine lune, les étoiles, le subconscient, la créativité et les mystères féminins tels que la menstruation, la conception, la grossesse, l'accouchement et la ménopause. Yemaya est la patronne des femmes enceintes. Elle agit également comme une mère spirituelle pour tous ceux qui se sentent perdus et seuls. Elle écoutera toujours et offrira l'amour maternel à quiconque a besoin d'une mère. Yemaya gouverne le ménage et elle accorde protection, sécurité, sécurité, amour et guérison à tous ceux qui lui demandent de l'aide.
Yemaya aime s'amuser et aime danser. Ses mouvements sont censés refléter le rythme des vagues. Bien que l'on dise également que cette déesse créatrice n'aime pas être entourée par la mort et la violence, elle peut être féroce et partira en guerre pour le compte de ses enfants brandissant une machette dotée de compétences. Personne ne peut la vaincre.
Yemaya est associé aux forces créatives et nourricières de la mer, à la partie de l'océan où il y a des plantes, des poissons et d'autres animaux marins que les humains peuvent utiliser pour se nourrir. Traditionnellement, les pêcheurs l'invoquaient pour bénir leurs filets et fournir de la nourriture à leurs familles. En outre, les femmes des pêcheurs ont souvent prié Yemaya pour lui accorder une protection et rendre leurs maris en toute sécurité.
Avec la migration forcée des Africains au Brésil et le syncrétisme subséquent des religions africaines avec le catholicisme, Yemaya a été canonisée sous la forme de la Vierge Marie. On l'appelait souvent l'étoile de la mer, nom de la Vierge Marie. Selon les légendes, Yemaya est aussi la déesse Isis et on dit qu'elle est originaire d’Égypte. Après la fin de l'esclavage, de nombreux ex-esclaves qui sont retournés en Afrique, après s'être échappé d’Égypte, ont amené Isis avec eux sous le nouveau nom de Yemaya. Cela peut être l'une des raisons pour lesquelles Yemaya est associé à l'élément Eau, Magie, Guérison et Maternité.

Dans le vaudou haïtien, la Mère Divine est vénérée comme une déesse de la lune et est reconnue pour protéger les mères et leurs enfants. Elle est également adorée et vénérée au Brésil lors du solstice d'été et les autres jours du festival incluent le 7 septembre et le 2 février. À Santería, la Déesse est la propriétaire des mers et des océans, ainsi que la mère de tous les êtres vivants. À Montevideo, les adeptes se rassemblent sur la plage de Ramirez, dans le quartier de Parque Rodo, le 2 février pour célébrer la Journée Iemanja. Des centaines de milliers de personnes attendent le coucher du soleil avant de lancer de petits bateaux avec des offrandes dans l’océan.

Chant en vidéo 1
Chant en vidéo 2

Chant en vidéo 3
Chant en vidéo 4

Les 5 accords toltèques



1er accord :
Que votre parole soit impeccable !
* Parlez avec intégrité, dites ce que vous pensez avec simplicité en ayant conscience que vous êtes unique.
Bannissez les phrases dévalorisantes pour vous ou pour les autres.
N’utilisez pas la parole contre vous-même, ni pour médire d’autrui.
Utilisez la puissance de la parole au service de la vérité et de l’amour.

2ème accord :
Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle !
* Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leur croyances et donc de leur rêve.
Ils projettent sur l’extérieur afin de pouvoir observer leur création.
Ne donnez pas puissance aux choix des autres en votre égard.
Acceptez qu’il aient des idées différentes.
Celui qui est immunisé contre cela, n’est plus victime de souffrances inutiles.

3ème accord :
Ne faites pas de suppositions !
* N’imaginez pas à la place des autres. Ne pensez pas à leur place en projetant vos idées sur les leurs.
Posez des questions pour éclaircir des situations et acceptez qu’ils expriment leurs vrais désirs.
Bien souvent, une explication est bénéfique et change les rapports.
Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.

4ème accord :
Faites toujours de votre mieux !
* Dans chaque choix posez-vous la question : puis-je faire encore mieux ?
Le mieux est lié aux connaissances et possibilités du moment présent.
Votre « mieux » change d’instant en instant, quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger, de vous culpabiliser et d’avoir des regrets.


5ème accord :
Soyez sceptique, mais apprenez à écouter !
* Qui écoutez-vous ? A qui donnez-vous votre pouvoir ? Remettez-vous en cause vos connaissances ? Sur quelle vérité sont fondées les croyances que vous avez ou que les autres ont ? Si vous étiez né(e) ailleurs ou dans une autre époque, auriez-vous les mêmes ?
Sont-elles réelles ou illusions ? Une vérité est valable pour tous.
Pourquoi d’autres pensent-ils ou font-ils l’opposé de vous et pensent aussi être dans la vérité ? Qui est dans l’erreur ? Vous, l’autre ou les deux ?
Ne vous croyez pas vous-même, ni personne d’autre.
Écoutez-vous et osez penser l’inverse… et si c’était possible… aussi ?
Utilisez la force du doute pour remettre en question tout ce que vous entendez : est-ce que c’est « vraiment » la vérité ? Écoutez l’intention qui sous-tend les mots et comprenez le véritable message.
Vivez-vous dans le jeu des victimes ou coupables ? En guerrier à l’affut de ce qu’il faut combattre ou en Sage neutre comprenant votre pouvoir ?
Sortez du rêve des autres et vivez vos choix du mieux possible.


 

Ici vous trouverez 5 vidéos avec Olivier Clerc (le traducteur du célèbre livre)