Le yoga, remettons les pendules à l'heure :-)

novembre 29, 2017 Marie-Eve Millioz 0 Commentaires



La pratique du yoga = philosophie (connaissance de soi), postures (asana), exercices de respiration (pranayama), mantras (à teneur universelle, associé à aucune religion ou secte. A écouter "Le sens profond du mantra yoga" par André Riehl
) visualisations, méditation, … n’est pas faite pour être zen mais pour être plus conscient, plus libre et découvrir qui nous sommes. 
Tout est dit dans les Yoga Sutras: http://www.economie-spiritualite-yoga.com/article/yoga-sutras-de-patanjali 

Ah bon ?

Certes à la fin d’une séance, même si ce n’est pas obligatoire, vous vous sentez détendu et en même temps redynamisé, avec un esprit plus apaisé et plus clair.

Vous vous sentez bien car vous avez fait descendre la pression qui s’est installé tout au long des jours, semaines ou voire des années. Ce qui veut dire que vous avez vécu dans la pression et qu’à travers la pratique du yoga, vous venez chercher la décompression. Même si cette soupape est un moindre mal et évitera peut-être la dépression, cette manière de fonctionner ressemble de très près au Tonneau des Danaïdes.

Alors, vous avez le choix. Soit vous continuez, soit vous passez à la vitesse supérieure 😀

Quand je dis que la séance sert çà être plus être conscient, c’est qu’elle vous permet (ça reste un moyen et non une fin) pendant 1 heure ou plus d’être à l’écoute de vous-mêmes, de repérer dans votre corps ce qui est tendu, ce que votre mental à la dérive vous raconte et ce qu’engendre vos pensées dans votre organisme comme serrements ou dilatations. Votre tapis est comme un laboratoire et votre cours collectif est juste l' expérience du moment.

Ce qui veut dire que le yoga ne s’arrête pas lorsque vous avez quitté le cours. Pour garder les bénéfices de la pratique et ne pas miser sur la seule séance de la semaine (au risque d’être déçu car un cours collectif ne répondra jamais aux attentes de chacun. ...A savoir qu'un professeur de yoga ne doit pas chercher à plaire au plus grand nombre mais être fidèle à transmettre un enseignement plusieurs fois millénaire. Certes la plupart des cours de yoga modernes sont très loin de ce que la transmission se doit d'être et c’est bien regrettable), il est important d’avoir une pratique régulière chez soi. Cette pratique personnelle est un moyen d’approfondir et d’affiner ce qui a été expérimenté en cours.

Comment peut-on être exigeant avec un enseignant de yoga alors qu’on n’a pas pris une seule fois conscience de sa respiration dans la semaine et qu'on n'a jamais ouvert un livre de yoga? Beaucoup de personnes au bout de plusieurs années de pratique sont en difficulté pour dire simplement la particularité de ce qu'est le yoga par rapport à une autre discipline. D'où le petit instant de philosophie en début de cours.

La séance de yoga est l'occasion de mettre en place des réflexes de retour réguliers vers soi. Nous sommes dans un monde qui excite perpétuellement nos sens et notre cerveau, ce qui fait que notre système nerveux sympathique est constamment sollicité et nous en devenons épuisé. (Système nerveux sympathique = accélérateur, action, vers l'extérieur. Système nerveux parasympathique = frein, relaxation, vers l'intérieur).

Le cours de yoga n'a pas pour vocation de se détendre comme un mollusque épuisé sur un rocher au soleil mais un moment opportun pour être, tout en restant détendu, plus attentif afin d’affiner ses perceptions physiques, émotionnelles et mentales. Si vous êtes suffisamment présent et détendu pendant les postures, comme il est particulièrement précisé dans le yoga du Cachemire, la relaxation finale devient inutile.

Devenir conscient n'est pas toujours confortable. Car qui dit affiner ses perceptions grâce à la pratique corporelle et son discernement grâce aux textes traditionnels, dit ne plus se raconter d'histoires sur son personnage ou sur les situations. C'est peu à peu enlever ses œillères quand à son travail, relations, alimentation, manière de se comporter en société,…

Le monde du travail et la société en général nous demande d’être productifs et consommateurs et n’a donc pas intérêt à ce que nous devenions plus conscients. D’ailleurs, l’école aujourd’hui ne demande plus de composer un poème ou une dissertation mais de produire des écrits. Plus un cerveau est jeune, plus il est malléable et plus les tâches resteront incrustées pour bien servir la machine. Et oui!

(Petit exercice : écoutez dans votre corps comment résonne ces deux mots : composer et produire)

Le yoga, dans ses diverses dimensions, opère comme un lessivage. C’est parce que vous allez être vigilants sur vos ressentis, que peu à peu, les vielles tâches incrustées, après de nombreux lavages, s’atténue ou disparaissent… pour vivre un peu plus libre.

La pratique du yoga n’est pas faite pour être zen.

La "zénitude" n'est que la conséquence de votre attention.

Les +++ :



0 commentaires: