Yemaya Assessu

août 10, 2018 Marie-Eve Millioz 1 Commentaires



Image associée


Yemaya Assessu
Assessu yemaya
Yemaya olodo
Olodo yemaya

Avec les accords:

Yemaya LA DO# MI
Assessu SI RE FA#

Assessu SI RE FA#
Yemaya LA DO# MI

Yemaya LA DO# MI
Olodo SI RE FA#
 
Olodo SI MI
Yemaya LA DO# MI

Quelques fois, nous chantons à la fin des séances (avec ou sans harmonium indien) ce très beau chant provenant d'Afrique qui parle de l’union de la rivière avec la mer. De ces mots très simples j'en ressens beaucoup de bonheur, de beauté, d’authenticité et de puissance.

J'ai trouvé différents articles en anglais que j'ai tenté de compiler. (Les sources + vidéos sont notées en bas de page)

Yemaya est la déesse de la mer, là où toute vie a commencé. C'est la couche supérieure de la mer qui est considérée comme la matrice de la vie où la vie sur terre a été créée.

Assessu signifie le jaillissement du printemps, la naissance.

Olodo est son homologue masculin dont le royaume est celui de l'océan profond. Il signifie la richesse, la connaissance infinie et les trésors inédits. On dit que sans Olodo, une grande partie du pouvoir de la déesse Yemaya ne serait pas connue.

Ce chant est donc la réunion du féminin et du masculin, de la conscience individuelle rencontrant la conscience universelle.

Yemaya est reconnue comme la déesse de la mer de laquelle viennent tous les êtres. La Déesse est originaire de Yoruba en Afrique, mais son culte s'est répandu sur les deux continents américains à l'époque de l'esclavage. Elle est très protectrice et attentionnée et est l'une des divinités les plus importantes de la Santería (une religion d'origine caribéenne).

Les Yoruba vivent au Bénin, au Nigeria et au Togo et, selon leur religion, elle est la déesse mère et la patronne des femmes et de la rivière Ogun. Toute vie a commencé dans la mer et on considère que toute vie a commencé avec la Déesse. Elle représente à la fois la variabilité et la stabilité: l’eau elle-même est stable et son intensité est variable.

La déesse a toutes les caractéristiques de la déesse mère: elle veille sur la famille, les sentiments, la fertilité et protège tout ce qui est typiquement lié au féminin, à l’eau et à la lune, aux océans, mers, rivières, lacs, coquilles et connaissances intuitives. En outre, elle rappelle aux femmes de prendre du temps pour elles-mêmes, de nourrir leurs propres besoins et de respecter leur position méritée dans la vie. En outre, les déesses sont couramment invoqués dans les rituels de fertilité pour les femmes et dans tout rituel concernant les problèmes des femmes.

Selon la légende, le premier cadeau de la déesse Yemanya à l’humanité était un coquillage pour permettre aux gens d’entendre la voix de la Déesse chaque fois qu’ils appliquaient des coquillages à leurs oreilles.

Elle est généralement représentée comme une sirène ou comme une belle femme émergeant de la mer, souvent avec des perles qui coulent de ses paumes. La Déesse, souvent appelée "Sirena" est représentée comme une belle femme noire au bord de la mer ou une sirène à double queue portant une longue robe fluide, entourée d'une large ceinture à sept jupes avec des volants bleus et blancs, qui représentent les vagues dans l'océan et les sept mers. En numérologie, l'interprétation du nombre 7 concerne la foi, la spiritualité, l'éveil spirituel, l'illumination, le mysticisme, l'intuition, l'excentrique, la religion, la réflexion, la guérison, le mythe, le rituel, la paix, les émotions, l'endurance et la persévérance.Elle aime les pastèques, ainsi que d'autres fruits tropicaux sucrés et de la mélasse. Les herbes et les plantes qu'elle préfère sont la marjolaine, le persil, la coriandre, le cresson, la laitue, l'aloe vera, les fougères, la violette, la verveine et les lotus. Ses symboles sont les coquillages, en particulier des cauris. L'expression la plus prédominante de la Déesse est celle d'une Mère Divine douce et nourricière.


Son nom complet est Yey Omo Eja, qui signifie "Mère dont les enfants sont les poissons". Ses enfants sont innombrables. Elle est connue comme la dame de la pluie, la femme en constante évolution, la mère créatrice et elle est l'une des sept puissances africaines des dieux du panthéon de Yoruban. Elle est généralement considérée comme la sœur aînée d'Ochún et est considérée comme la mère des Orishas les plus puissants. Yemaya est également la patronne de toutes les sorcières et deux de ses noms sacrés sont la reine des sorcières et Mama Watta (la mère des eaux), ce qui explique pourquoi beaucoup de ses disciples ont construit leurs autels à côté de l'océan.
Elle est associée à l'eau salée, la pluie, la guérison, les canards, les paons, la fertilité, la pleine lune, les étoiles, le subconscient, la créativité et les mystères féminins tels que la menstruation, la conception, la grossesse, l'accouchement et la ménopause. Yemaya est la patronne des femmes enceintes. Elle agit également comme une mère spirituelle pour tous ceux qui se sentent perdus et seuls. Elle écoutera toujours et offrira l'amour maternel à quiconque a besoin d'une mère. Yemaya gouverne le ménage et elle accorde protection, sécurité, sécurité, amour et guérison à tous ceux qui lui demandent de l'aide.
Yemaya aime s'amuser et aime danser. Ses mouvements sont censés refléter le rythme des vagues. Bien que l'on dise également que cette déesse créatrice n'aime pas être entourée par la mort et la violence, elle peut être féroce et partira en guerre pour le compte de ses enfants brandissant une machette dotée de compétences. Personne ne peut la vaincre.
Yemaya est associé aux forces créatives et nourricières de la mer, à la partie de l'océan où il y a des plantes, des poissons et d'autres animaux marins que les humains peuvent utiliser pour se nourrir. Traditionnellement, les pêcheurs l'invoquaient pour bénir leurs filets et fournir de la nourriture à leurs familles. En outre, les femmes des pêcheurs ont souvent prié Yemaya pour lui accorder une protection et rendre leurs maris en toute sécurité.
Avec la migration forcée des Africains au Brésil et le syncrétisme subséquent des religions africaines avec le catholicisme, Yemaya a été canonisée sous la forme de la Vierge Marie. On l'appelait souvent l'étoile de la mer, nom de la Vierge Marie. Selon les légendes, Yemaya est aussi la déesse Isis et on dit qu'elle est originaire d’Égypte. Après la fin de l'esclavage, de nombreux ex-esclaves qui sont retournés en Afrique, après s'être échappé d’Égypte, ont amené Isis avec eux sous le nouveau nom de Yemaya. Cela peut être l'une des raisons pour lesquelles Yemaya est associé à l'élément Eau, Magie, Guérison et Maternité.

Dans le vaudou haïtien, la Mère Divine est vénérée comme une déesse de la lune et est reconnue pour protéger les mères et leurs enfants. Elle est également adorée et vénérée au Brésil lors du solstice d'été et les autres jours du festival incluent le 7 septembre et le 2 février. À Santería, la Déesse est la propriétaire des mers et des océans, ainsi que la mère de tous les êtres vivants. À Montevideo, les adeptes se rassemblent sur la plage de Ramirez, dans le quartier de Parque Rodo, le 2 février pour célébrer la Journée Iemanja. Des centaines de milliers de personnes attendent le coucher du soleil avant de lancer de petits bateaux avec des offrandes dans l’océan.

Chant en vidéo 1
Chant en vidéo 2

Chant en vidéo 3
Chant en vidéo 4

1 commentaire: